Séminaire de recherche Persévérons – 11 octobre 2017

La journée consacrée à la définition de la persévérance dans les protocoles de recherche a permis de montrer la diversité des angles d’approche. Au delà de la variété des échelles et du statut des objets dans la persévérance, les artefacts numériques apparaissent soit comme des supports didactiques, soit comme des outils de communication. La persévérance est ainsi une construction sociale autour de laquelle on peut s’interroger sur les situations pédagogiques et les contenus didactiques. C’est aussi une construction cognitive, autour de laquelle on cherche à caractériser, modéliser et mesurer la motivation dans le temps et à proposer des parcours individualisés.
La question de la gestion des données de la recherche émerge comme une question fondamentale, du point de vue éthique, juridique et technique.
  • Les tablettes à l’école
Estelle Blanquet présente la problématique de la recherche qu’elle mène sur le rôle des tablettes dans la persévérance des jeunes élèves par rapport à l’entrée dans la méthode scientifique. Elle explicite cette démarche quand elle est mise en place avec des élèves de maternelle, à travers le récit et les interactions autour d’une expérience, puis la conservation de traces des activités.
Dans l’exemple qu’elle présente, la tablette est un artefact dont on cherche à conceptualiser les usages comme moyen de conserver des traces de l’activité et lien entre traces et prise de décision dans la démarche scientifique. Cette problématique se distingue de celle de l’autre équipe qui travaille sur les tablettes en mathématiques, dans une perspective didactique, comme support d’exercices. On peut donc distinguer deux directions, l’une dans le sens des interactions pédagogiques, l’autre dans celui des apprentissages disciplinaires.

  • Les robots

Timothée Duron présente l’état de l’art des analyses de la persévérance qui croise les questions du temps et de la motivation. Sa recherche concerne plus spécialement l’observation et la modélisation de la persévérance dans le cours de l’interaction apprenant-logiciel de programmation d’un robot. ll s’appuie pour cela sur la théorie de l’auto-détermination et les deux types de motivation, intrinsèque et extrinsèque. Il propose de croiser trois niveaux, situationnel, contextuel et global, pour considérer la motivation et sa dynamique et proposer des éléments de mesure des perceptions (autonomie, compétence, valeur).

Thibault Desprez présente son travail autour de la conception et de l’évaluation de kits robotiques pédagogiques autour de Poppy Education. Ces kits comprennent des plateformes et des ressources, en interaction avec des enseignants qui sont dans la posture d’apprenants et travaillent avec leur classe.

Deux axes sont proposés dans la recherche : un axe « écologique » qui permet de comparer différents milieux sur le long terme et un axe spécifique, expérimental, qui permet d’évaluer des scénarios sur une séance. Le protocole compare les activités avec des objets tangibles ou avec des objets virtuels.